Déprise de l'imaginaire / Vertus passives (Grenoble)

colloque savoirs clinique3Atelier animé par Anne Ermolieff


Se désaliéner de l’imaginaire, tel serait le rôle de la pulsion de mort lacanienne. Cette déprise de l’imaginaire par le sujet conduirait-elle à renouer avec les vertus passives : « patience, renoncement, détachement, pure perte de soi » ?
Notre réflexion partira des textes de V. Savatlé : « Esthétique du réel » dans « Psychanalyse et philosophie », campagne première de ses cours au Collège de France : « Écrire les impossibles » et de certaines œuvres citées dans : « En pure perte ; le renoncement et le gratuit », de Carlo Ossola, Rivages poche.
Renseignements : Anne Ermolieff, psychanalyste, Grenoble, 06 73 48 24 74, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.